HERVE BAZINET l'Academie Goncourt

Après le succès de Vipère au poing, Hervé Bazin fut nommé membre de l’Académie Goncourt en 1958 puis président en 1973 jusqu’à sa mort. Il a notamment côtoyé: Louis Aragon, Raymond Queneau, Roland Dorgelès, Bernard Clavel, Robert Sabatier ou Michel Tournier.

Hervé Bazin assuma sa tâche avec passion et ambition afin de récompenser le travail de création des auteurs et de rendre accessible la littérature à tous. Il dynamisa l’institution en participant notamment à la création du Goncourt des lycéens.

feather

« … Jusqu’à ma récente élection à l’Académie Goncourt, je ne l’avais rencontré qu’une seule fois, il y a sept ou huit ans, lors d’un court voyage à Moscou. C’est lui qui était venu vers moi, m’avait parlé avec bienveillance de mes derniers livres et m’avait encouragée à un moment où j’avais besoin de l’être. Comment cet homme que je ne connaissais pas, qui était pour moi une de ces étoiles lointaines vers lesquelles on n’ose pas même lever les yeux, comment ce « confrère » avait-il senti qu’un tel geste de lui, en un tel instant, me serait précieux ? Je ne sais pas, mais je sais que j’ai immédiatement éprouvé, pour sa simplicité et sa générosité, ma reconnaissance infinie ».

Mais aussi son rôle à l’Académie Goncourt
« Puis, il y eu, en mai dernier, ce coup de fil si inattendu : il me proposait d’entrer à l’Académie Goncourt, et je n’ignore pas que c’est à lui et à François Nourissier que je dois d’y figurer aujourd’hui. A partir de ce jour, je crois avoir encore rencontré votre mari trois ou quatre fois ; c’est peu, certes, pour connaître un homme, mais j’ai été frappée par sa vivacité d’esprit, son habileté diplomatique (il en faut dans cette assemblée !), sa malice, et cette jeunesse, cet appétit qui le tenait. Il présidait nos débats comme le chat guette la souris : immobile, silencieux, presque lointain, mais l’œil aux aguets, et tout à coup, au moment décisif, le « coup de patte » - la phrase qui fait mouche, la décision qui lève les derrières hésitations… Dans ce rôle, je sentais qu’il s’amusait. »

chiel